Et tout ce qui l'accompagne, des cigales qui se mettent à chanter pour le petit déjeuner, des tomates séchées câpres origan sur une petite brousse du Rove pour réveiller les papilles, des rosés sous les platanes, et pique nique sur la plage, de la moiteur et du mistral, des vacances qui font pousser les enfants, des premiers bonhommes patates dont un à moustache (?) et en famille, des minutes et des heures qu'on laisse s'égrainer parce qu'on se fiche bien pour une fois de les savoir passées, des regards et des minois qui font déborder les coeurs, des pêches plates les fesses dans la rocaille et les yeux dans les pins, réchauffés , les aiguilles la sève, dans le vent, et leurs parfums mélangés à la pêche, à l'orange pelée. 

brousse

madeleine piquage

empereur 1

hamacs

aurele 

famille Eliz 

Maison Empereur à Marseille, rue des Récolettes (rien que le nom de cette rue!) où je ne m'étais jamais rendue alors que je vais à Marseille depuis 15 ans et que j'ai habité et travaillé tout près. Je rêvais d'y aller, j'ai pensé à Agathe en farfouillant, savourant chaque recoin, le palpitant au diapason. Cet endroit c'est ... une sorte de... comment vous dire... une fabrique à contes!

J'en ai rapporté: De l'eau de Cologne Extra, des foulards de coton aux couleurs fanées, de l'encre violette et de l'encre secrète qui se révèle à la chaleur, un coussin pêteur, des cartes à découper et des cartes à broder, un savon de Marseille plat comme un carreau de cuisine, de l'huile d'argan, une pierre ponce, un savon détache tout, une clef vide-tube (dentifrice ou concentré de tomates), des espadrilles, un chouille trop grandes, va falloir que j'y retourne ;-)

patate à moustache

et vous?  ça roule?